Développer les compétences relationnelles des professionnels de santé

 La relation soignant-patient n’est pas une variable annexe au traitement, elle est thérapeutique.

Dans l’accompagnement des patients atteints d’une maladie chronique, « la qualité de la relation à l’autre souffrant s’impose comme le soin premier ».

J.D. Lalau et col. Créer une alliance thérapeutique. On n’éduque pas un adulte souffrant.

Relatio Cordis, organisme de formation

La relation Soignant-Patient : un enjeu majeur.

Dans sa relation au « patient chronique », le soignant est mû par son devoir de bienfaisance.

Comment vouloir le bien pour l’autre, l’éduquer à la gestion de sa maladie pour prévenir les éventuelles complications  tout en conciliant avec sa liberté à faire des choix et se déterminer pour sa santé ?

Cette articulation entre bienfaisance du soignant et respect de la liberté du patient ne peut s’actualiser que dans une relation dénuée de prise de pouvoir sur l’autre qui s’articule en deux temps.

Un temps où le soignant adopte une posture active d’éducation aux gestes d’auto-soins et d’information sur la maladie et un temps où le soignant adopte une posture réceptive d’acceptation de la réalité de vie du patient, allant jusqu’à renoncer à un quelconque projet pour lui.

 

A Relatio Cordis,  nous mettons tout en oeuvre pour  accompagner les soignants dans une dynamique relationnelle satisfaisante qui contribue à la santé du patient.